Accueil

Notes biographiques

Diplômée en droit de l’Université de Montréal, Me Nathalie Gagnon est avocate depuis plus de 20 ans. Elle est également titulaire d’une maîtrise en droit axée sur la médiation qu’elle a complétée à l’Université Laval en 2000. De plus, elle cumule de nombreuses heures de formation continue dans le domaine du droit familial (aspects juridiques et psychologiques), étant soucieuse d’offrir des services de qualité. Enfin, elle est médiatrice accréditée par le Barreau du Québec pour la médiation familiale.

Au fil des ans, elle a développé une expérience riche et variée lui permettant, à titre d’avocate et de médiatrice dans le domaine familial, d’être très bien outillée pour répondre aux besoins particuliers de ses clients. Elle possède une vision d’ensemble de tout ce qui entoure les différends qui surviennent en matière familiale, de par ses diverses expériences dans des domaines variés (juridique, politique (provinciale et municipale), économique, et d’affaires publiques).

Parmi ses expériences, celle au Cabinet du ministre de la Justice lors de la réforme du Code civil du Québec, l’a amenée à travailler notamment sur les dossiers de la médiation familiale et du système de perception automatique des pensions alimentaires.

Elle a également eu l’occasion de prononcer des conférences sur les modes alternatifs de règlement des différends.

Enfin, son rôle à titre de procureur du coroner dans de multiples enquêtes publiques, visant à déterminer les causes et les circonstances d’un décès et à formuler des recommandations pour une meilleure protection de la vie humaine, lui a donné une occasion particulière de faire appel à ses qualités humaines d’aide et d’écoute auprès des familles endeuillées et des divers professionnels impliqués dans un événement tragique.

Forte de ses formations et expériences professionnelles, elle a choisi de se concentrer sur la pratique du droit familial, à titre d’avocate et de médiatrice, afin d’aider les couples et les familles à trouver la meilleure solution pour eux, sans devoir vivre le stress d’un procès devant les tribunaux, souvent long et coûteux.

***